Conférence de Baptiste Bacot « Corps, instrumentalité et musique électronique » 30 mai 2017

Le 30 mai 2017
de 17h30 à 19h00

Le Portique (université de Strasbourg)
14 rue René Descartes, 67000 Strasbourg
salle 18

Entrée libre

 

     Conférence organisée par Anne-Sylvie BARTHEL-CALVET (membre du GREAM), dans le cadre du séminaire du GREAM et du groupe de travail Approches pluridisciplinaires de la performance et de la création musicale, et avec le soutien de la HEAR. Baptiste BACOT dispensera une conférence intitulée « Corps, instrumentalité et musique électronique » présentant ses recherches, et suivie d'une discussion avec le public.

     L’instrument de musique est un paramètre déterminant des pratiques musicales. Son élargissement notable, du fait de l’intégration progressive de la technologie a contribué à l’émergence de nouveaux genres musicaux à partir de la fin des années 1960, tout en rendant floue la notion même d’instrumentalité. L’automation perturbe en effet la compréhension du rapport traditionnel entre le geste d’excitation et la production des sons. Cette reconfiguration de la chaîne causale de la production des sons amène légitimement à se demander en quoi consiste concrètement le travail des musiciens ayant recours aux technologies musicales.

     Aborder l’organologie élargie de la musique électronique par la notion de geste et la nature technologique des configurations instrumentales permet de dépasser les positions théoriques qui restreignent l’instrumentalité aux pratiques acoustiques. Cette démarche, fondée sur une ethnographie de la musique électronique autorise également une réévaluation contextuelle des machines et logiciels employés par les musiciens, et donne lieu à un questionnement portant tout à la fois sur la création musicale en contexte technologique, sur les stratégies de création et d’appropriation instrumentales et enfin, sur la représentation des corps musiciens en situation de concert. 

     Baptiste Bacot est doctorant contractuel (2013-2016) à l’EHESS (CAMS) et détaché dans l’équipe APM (IRCAM). Il travaille sur la musique électronique selon une approche ethnographique visant à circonscrire les rapports entre les corps musiciens, les instruments électroniques et l’impact de la technologie sur les manières de produire, de concevoir et d’exécuter la musique. L’analyse située du processus de création musicale dans des esthétiques variées (musique populaire de danse, musique électroacoustique, performance audiovisuelle), reliées entre elles par le partage des mêmes outils technologiques, permet de poser les fondations d’une organologie gestuelle des instruments électroniques. Le titre provisoire de sa thèse est « Une organologie des pratiques de la musique électronique. Instrumentalité, création et représentation ».

Musées de la Ville de Strasbourg
Opéra National du Rhin
Conservatoire de Strasbourg
CDMC