Colloque « Soft Machine, Robert Wyatt et la scène de Canterbury : un regard différent sur le rock dans les années 1960 et 1970 » 20 novembre 2020

En bref

 

Le 20 novembre 2020
de 9h00 à 18h00

Université de Strasbourg

version dématérialisée

Entrée sur inscription

 

     Colloque organisé par Jacopo COSTA, Elsa GRASSY et Pierre MICHEL, avec le soutien du GREAM, de l'UR 3402 ACCRA (université de Strasbourg) et de la Faculté des Arts de l'université de Strasbourg.

     Les interventions seront dispensées via le logiciel de visioconférence Zoom, une inscription préalable au colloque étant nécessaire afin d'accéder à la salle de conférence Zoom.

     L'expression « scène de Canterbury » désigne un ensemble de groupes et de musiciens de rock, anglais pour la plupart, actifs à partir de la fin des années 1960 et pendant les années 1970. La ville de Canterbury, dans le Kent, fut le lieu où plusieurs des musiciens en question, encore adolescents, se rencontrèrent et commencèrent à collaborer ; à partir de ce premier noyau, plusieurs groupes et projets musicaux se développèrent ici et là, tels que Soft Machine, Caravan, Gong, Matching Mole, Hatfield and The North, National Health, ou encore les premiers projets solistes de Robert Wyatt.

     Du point de vue musical, la diversification stylistique des groupes de Canterbury est telle qu’il semble difficile de parler d'un véritable genre de musique unitaire : en effet, le rock ne représente qu'une koïné linguistique à partir de laquelle les artistes en question recherchent leurs propres langages, en passant par le psychédélisme et les montages sonores, en s'inspirant tantôt du free jazz, tantôt d'une écriture proche du minimalisme, ou encore en choisissant les chemins d'un songwriting pop teinté d'humour.

     Les points communs de cette « scène » (les guillemets s'imposent) sont à chercher plutôt en dehors des traits stylistiques proprement dits : tout d'abord dans l'existence d'un réseau de relations (humaines en premier lieu, puis professionnelles) entre ces musiciens, dont témoignent les nombreuses collaborations musicales transversales et qui a permis de les identifier comme un regroupement d'artistes plutôt unitaire. En second lieu, dans l'attitude des groupes et des musiciens de Canterbury généralement caractérisée par un understatement qu’on pourrait définir comme « typiquement » britannique, qui les éloigne à la fois des postures flamboyantes des vedettes du rock, mais aussi de l'intellectualisme souvent affiché dans les contextes des musiques savantes « contemporaines » et du jazz.

     Ce colloque, dont les langues seront le français et l’anglais, se propose comme un moment de rencontre, de débat et d'approfondissement autour de cette « scène de Canterbury ». Les organisateurs envisagent de lui donner une dimension pluridisciplinaire qui permettra d’aborder autant les sujets proprement musicologiques ou musicaux que ceux relatifs aux aspects sociologiques, culturels, littéraires, voire économiques.

Musées de la Ville de Strasbourg
Opéra National du Rhin
Conservatoire de Strasbourg
CDMC