Search & Find
Accueil
Accueil   >   Evénements   >   Soutenances de thèses   >   Thèses doctorales   >   Benjamin Lassauzet

Benjamin Lassauzet

Claude Debussy et l'humour

Le 27 octobre 2017

à 14h00

Nouveau Patio (université de Strasbourg)

20a rue René Descartes, 67000 Strasbourg

amphithéâtre Alain Beretz

Entrée libre

     Benjamin LASSAUZET (membre du GREAM) soutient le vendredi 27 octobre 2017 sa thèse en musicologie intitulée Claude Debussy et l'humour, effectuée sous la direction d'Alessandro ARBO (professeur à l'université de Strasbourg, membre du GREAM) et de François de Médicis (professeur à l'université de Montréal) à l'université de Strasbourg.

     Le jury est composé de :

  • Alessandro ARBO, professeur en musicologie à l'université de Strasbourg (France)
  • Pierre-Albert CASTANET, professeur en musicologie à l'université de Rouen (France)
  • Barbara KELLY, professeur en musicologie à Keele University (Royaume-Uni)
  • François de MEDICIS, professeur en musicologie à l'Université de Montréal (Canada)
  • Mathieu SCHNEIDER, maître de conférences HDR en musicologie à l'université de Strasbourg (France)

     Claude Debussy n’est pas habituellement un compositeur dont on associe la production musicale à l’humour. Pourtant, nous sommes convaincu qu’il existe un Debussy humoriste, trop souvent oublié, qu’il est nécessaire de réhabiliter afin d’obtenir une image plus fidèle de son œuvre, où l’humour serait partie prenante.

     On considère le plus souvent ce compositeur comme l’un des plus importants représentants de l’impressionnisme en musique, courant peu propice à l’expression du comique. Pourtant, Debussy se défendait d’appartenir à ce mouvement, et Stefan Jarocinski considère avec raison que réduire Debussy à l’impressionnisme revient à occulter toute une partie de sa production se rapprochant plutôt du symbolisme.

     Mais qu’on le positionne sur le terrain, impressionniste, du flou, de l’indéterminé et de la couleur, ou sur celui, symboliste, des correspondances, du mystère et de l’imaginaire, Debussy se voit toujours irrémédiablement séparé de sa muse comique. Ce ne sont pas les compositeurs sériels de l’après- 1945 qui favoriseront leurs retrouvailles. Soucieux de justifier le bien-fondé de leurs travaux par une relecture sélective et orientée de leurs prédécesseurs, ceux-ci feront de Debussy l’un des précurseurs de la modernité, notamment dans sa période de maturité, dont quelques œuvres font l’objet d’une attention particulière...

Flux RSS

Flux RSS